Cultura

7 coups de coeur et coups de gueule

Je suis une personne assez optimiste, mais, comme chacun (enfin je pense), j’ai mes coups de cœur et mes coups de gueule. Dans cet article, je vous parle des miens, que vous ne partagerez peut-être pas, mais j’y vais au risque de faire grincer les dents de certains. Après tout, les divergences d’opinions, c’est ce qui fait avancer le monde, n’est-ce pas? Vous l’aurez donc compris, aujourd’hui, en toute transparence, vous découvrirez des choses que j’adore et des choses que j’aime moins en lien avec la vie au Portugal dans cet article: «Vivre au Portugal: 7 coups de cœur et coups de gueule.»  Bonne lecture 🙂

1. Vivre au Portugal: la nourriture portugaise

a. Coup de coeur

Vous commencez à me connaître un peu, j’aime la cuisine portugaise. Je suis une personne qui n’a pas peur des «découvertes culinaires», mes proches m’appellent même «l’aspirateur» car je mange beaucoup de choses différentes et ne laisse jamais rien dans mon assiette. Un vrai petit ogre! Pourtant, je ne connaissais pas du tout la cuisine portugaise avant de m’installer ici au Portugal. Je ne connaissais même pas les pasteis de nata. Quelle honte ! Il faut dire qu’en France, on trouve de nombreux restaurants de «cuisine du monde» (chinois, japonais, thaï, orientaux, italiens, indiens…) mais les restaurants portugais sont finalement assez «rares» comparés aux autres cuisines citées ci-dessus (enfin, en tout cas dans ma ville de province en France). Bref, j’ai eu un GROS coup de cœur pour cette cuisine quand je suis venue vivre ici. Il y a peu de choses que je n’aime pas dans la gastronomie portugaise. J’ai même du mal, là, tout de suite, à trouver une chose que je n’aime pas! Ahhh si! Peut-être les «percebes» (pouces-pieds), vous savez ces crustacés à l’aspect très étranges de petits ongles de pieds.

Les «percebes» (pouces-pieds)

Si je devais partager mes 3 coups de cœur culinaires (un choix tyrannique me direz-vous!), voici ceux que je choisirai (ceux qui me connaissent un peu ne seront pas surpris) :

  1. le «polvo a lagareiro» : c’est un met particulier car il s’agit de poulpe et je suis bien consciente que tout le monde n’aime pas manger cela, cependant moi j’adore et c’est mon plat préféré. «A lagareiro» signifie que le plat est généreusement arrosé d’ huile d’olive. Découvrez d’ailleurs pourquoi on dit «a lagareiro» dans mon précédent article sur la gastronomie. 
  2. le «broa de milho» : c’est du pain au maīs mais bien que ce soit «simplement» du pain, j’en raffole! Je l’ai connu en allant dans un village de campagne au nord du Portugal. C’est un pain traditionnel de cette région. Il en existe plusieurs variantes: plus ou moins humides, plus ou moins sucrés, plus ou moins jaunes… Vous n’en trouverez pas dans toutes les boulangeries mais on commence tout de même à le trouver dans un grand nombre d’endroits. Il se consomme souvent avec des sardines mais moi je l’aime tout simplement nature. 
  3. la «tarte de amêndoas», une tarte aux amandes, je suis complétement fan de cette pâtisserie. Attention, il en existe plusieurs versions. Celle que j’adore c’est celle la plus croquante, pas la version moelleuse (d’ailleurs si vous connaissez les deux versions, dites-moi votre favorite en commentaire). Ci-dessous, je vous ai mis les photos des deux versions pour ne pas que vous fassiez d’erreur si vous voulez m’en offrir 🙂

b. Coup de gueule 

Par contre, bien que la cuisine portugaise soit délicieuse, que vous soyez seulement en vacances ou que vous viviez au Portugal, cette cuisine ne sera pas la meilleure amie de votre balance. La cuisine portugaise est une cuisine généreuse et riche, très riche en huile d’olive, œufs, sucre, sel, sauce, féculents… et souvent servie en quantités gargantuesques. Ce sont vraiment des plats gourmands! Ainsi, ce n’est pas rare d’entendre les copains qui reviennent d’un séjour au Portugal ou de nouveaux expatriés dire que des kilos superflus se sont installés après quelques semaines dans ce joli pays. Mais bon,  il ne faut pas se priver pour autant de cette bonne cuisine, tout est une question d’équilibre après tout. 

Ici, poulet grillé badigeonné à l’huile, riz et frites pour UNE personne. Délicieux mais très gourmand, n’est-ce pas?

2. Vivre au Portugal: de multiples tags

a. Coup de coeur

Même si je ne connais pas plus belle ville de «street art» que Penang en Malaisie (pour ceux qui ne connaissent pas je vous invite à «googliser» cette ville sur internet pour voir de quoi je parle) , le Portugal et en particulier sa capitale offre, eux-aussi, de magnifiques oeuvres de cet art de rue. De nombreux artistes font des rues leur terrain de jeu et on peut ainsi y découvrir diverses oeuvres. J’adore déambuler à pied dans Lisbonne à la recherche de ces tags artistiques. Un des grands artistes de street art est Bordalo II, je vous conseille vivement de découvrir son art lors de votre passage à Lisbonne. Hormi cet artiste reconnu, de nombreux autres artistes talentueux aux styles différents cohabitent dans les rues de Lisbonne à l’instar de Marcio Bahia, dont j’ai découvert le talent au coin d’une rue.

Une des nombreuses oeuvres de Bordalo taggée sur une maison incendiée de la route N6 à Lisbonne

b. Coup de gueule

Malheureusement, dans les villes au Portugal, il n’y a pas seulement des tags artistiques. En effet, on trouve aussi une invasion de tags à des fins «dégradants», des tags qui enlaidissent et abîment les immeubles, rues, magasins … 

Ici, des tags recouvrent une belle façade typique et ses azulejos. 



3. Vivre au Portugal: s’y intégrer

a. Coup de coeur

J’ai beaucoup voyagé, habité dans plusieurs pays, fais de nombreuses rencontres mais mes plus belles sont, sans hésitation, celles que j’ai faites au Portugal. L’amitié au Portugal est importante. Les portugais sont généreux, et lorsqu’une relation amicale se créait c’est une vraie relation: simple, sincère et sans chichi (Chers amis portugais qui seraient de passage ici: «Merci pour tout ce que vous m’apportez, je vous embrasse»). Par contre, il n’est pas toujours simple de créer le premier contact avec les portugais. Parfois, et suivant les régions, l’accueil peut paraître froid aux premiers abords mais, une fois la glace brisée, c’est une relation des plus chaleureuses que les portugais vous offrent. Parfois aussi, les groupes d’amis peuvent être assez fermés mais si une des personnes vous y intègre alors tout le groupe vous intégrera à bras ouverts. Bien entendu pour tout cela, il ne faut pas que vous restiez dans votre coin!

Apéro du vendredi soir entre amis portugais et expat. 

b. Coup de gueule 

Pourquoi s’installer au Portugal et rester entre étrangers? Je vais être transparente avec vous, moi la première, j’ai plein d’amis au Portugal «non portugais». Je me suis faite des amis belges, suisses, français, italiens, colombiens… C’est normal, quand vous arrivez dans un pays, vous vous rapprochez naturellement, dans un premier temps, des personnes qui sont dans la même situation que vous, qui ont les mêmes questions, qui rencontrent les mêmes galères … Cependant, je pense vraiment qu’il est dommage de rester entre «expats».  Ce n’est que mon point de vue mais je ne comprends pas ceux qui restent entre expats, vont à la plage entre expats, vont à des soirées «spécial expats» … STOP ! S’intégrer dans un nouveau pays c’est s’intégrer au peuple de ce pays et donc dans notre cas: s’intégrer parmi les portugais et vivre «à la portugaise» ;).

4. Vivre au Portugal: la question de la sécurité

a. Coup de coeur

Le Portugal est clairement un pays tranquille et paisible. Un pays dans lequel on se sent en sécurité. Déambuler seul dans les rues le soir ne pose en principe aucuns problèmes. En tout cas, pour ma part, je n’ai jamais rencontré de problèmes ni eu écho de mauvaises expériences de la part de mes proches. 

b. Coup de gueule

En revanche, j’ai un coup de gueule qui concerne principalement la ville de Lisbonne dans laquelle vous pourrez régulièrement croiser des vendeurs à la sauvette qui vous demandent: «Wanna weed, coke…?»  Les vendeurs de ces substances illicites se mélangent aux touristes et proposent donc ces produits. Bien qu’ils ne soient ni méchants, ni agressifs, cela est assez gonflants et gênants de se faire arrêter en permanence et qu’on vous propose ce type de produits. D’ailleurs, récemment, le celèbre sprinter olympique français, Christophe Lemaitre, en vacances à Lisbonne a été un peu choqué par cela et a écrit le tweet ci-dessous.

Tweet de Christophe Lemaitre durant son séjour à Lisbonne. 

5. Vivre au Portugal: un pays avec un développement qui explose

a. Coup de coeur

Ces dernières années le Portugal est devenue une destination «tendance». Le tourisme (+17% en 2018 sur les 8 premiers mois comparé à 2017), l’expatriation, l’implantation de nombreuses start-up, l’installation de grandes entreprises internationales ont explosés. En quelques années, le pays est entré dans une nouvelle dynamique. Le multiculturisme est présent et cela peut apporter beaucoup au pays. 

b. Coup de gueule

Cependant, cela ne doit pas être au détriment du «vrai» Portugal. Mon coup de gueule s’adresse donc à ceux qui s’installent au Portugal et commencent à se plaindre de certaines coutumes ou habitudes portugaises. 

  • Oui! La sardine ça sent fort mais de là à s’en plaindre et demander de ne plus les faire griller à cause de l’odeur, comme j’en ai eu récemment écho près de Lisbonne, je dis NON!
  • Oui! Les calçadas, ces beaux pavés portugais, sont extrément glissants, mais de là à en demander le  remplacement pour éviter les chutes, je dis NON! Achetez-vous des semelles en caoutchouc! 
  • Oui! Le Bairro Alto est bruyant mais c’est l’ADN de ce quartier, il ne faut pas choisir d’y habiter si c’est pour se plaindre du bruit ensuite.
  • Oui! Dans les Tasca, ces petits restaurants typiques portugais, on est les uns sur les autres, c’est bruyant, les nappes sont en papier, et on en ressort parfois avec les vêtements imprégnés d’une odeur de nourriture mais une vraie Tasca, c’est justement tout ça!
  • Oui! Les trottoirs sont souvent irréguliers, parfois un peu défoncés, et Mesdames il est presque impossibe d’y marcher en talons hauts mais après tout ce sont ces imperfections qui font aussi le charme du pays et qui rappellent son histoire. Si tout était «aux normes» et «aseptisés», aimerions-nous tant le Portugal? 

Sardinhas assadas (sardines grillées) dans les rues lisboètes. 

6. Vivre au Portugal: les langues parlées

a. Coup de coeur

Alors que l’ancienne génération portugaise parle bien le français dû à l’émigration passée, la nouvelle génération, quant à elle, parle un anglais parfait. Quand je vous dis «parfait» c’est qu’ils n’ont pas, comme nous les français, un horrible accent lorsqu’ils parlent anglais. Eux parlent la langue de Shakespeare de manière «fluent» avec un accent parfait, c’est impressionnant! Il faut dire que le Portugal est bien en avance comparé à la France en termes d’apprentissage des langues et on trouve régulièrement de nombreux cours dispensés en anglais dans les écoles. En outre, au Portugal, les films au cinéma, les séries à la télévision … sont tous en anglais, sous titrés en portugais, je trouve cela vraiment bien et c’est un des principaux facteurs qui explique le parfait anglais des portugais. 

b. Coup de gueule

Cependant, j’ai deux coups de gueule en lien avec les langues au Portugal. Le premier coup de gueule concerne les étrangers qui s’installent au Portugal et qui ne font aucuns efforts pour parler le portugais. Bien entendu, si vous êtes juste en vacances, je ne vous demande pas de parler portugais, bien qu’il soit, d’après moi, important de maitriser le bonjour, au revoir et merci: le B.A.-BA de tous voyage dans un pays. Mais, si vous venez vous installer au Portugal, s’il vous plait, faites l’effort de parler portugais ou du moins essayez! Même si vous faites des erreurs, que votre accent n’est pas correct, ce n’est pas grave, faites juste l’effort. Quand j’entends des français s’outrer que dans certains restaurants les menus ne soient pas traduits en français, j’ai envie de répondre: «On est au Portugal, donc le menu est en portugais! Trouvez-vous des menus traduit en portugais en France?». Mon autre «petit» coup de gueule est à destination des locaux qui sont maintenant tellement habitués aux touristes, que, lorsque tu essaies de parler en portugais, entendent ton accent et du coup enchainent leur discours en anglais. Quelle frustration ! J’ai envie de leur dire: «S’il vous plait, laissez-moi pratiquer mon portugais même si mon accent est mauvais et que je fais des erreurs». 

7. Vivre au Portugal: le charme des azulejos

a. Coup de coeur

Je suis «dingue» de ces petits carreaux colorés qu’on trouve un peu partout au Portugal et majoritairement sur les façades des maisons typiques portugaises. Si un jour vous vous baladez avec moi vous risquez de vous arrêter à tous les coins de rues car j’adore les photographier. Sur mon téléphone, j’ai des tas de photos de ces carreaux aux milles couleurs et graphismes toujours différents. Je trouve cela magnifique que ce soit sur les façades des immeubles, dans les cuisines, dans les salles de bain, pour la déco … J’adore les azulejos! (petite note à mes amis qui passeraient sur le blog : «vous savez quoi m’offrir !») D’ailleurs, j’étais complétement ébahie lorsque j’ai visité l’atelier de création d’Azulejos d’Azeitão. On peut voir le travail minutieux pour créer ces carreaux. Je vous conseille vivement d’y faire un tour si comme moi vous aimez cet art. C’est dans cet atelier que le designer des chaussures aux semelles rouges: Christian Louboutin a commandé les azulejos qui ornent sa piscine dans sa maison d’Alentejo

Visite en famille de l’atelier de création d’azulejos d’Azeitão

b. Coup de gueule

Je n’aime pas les «copies» d’azulejos! Bon, je sais, de vrais azulejos ça peut coûter chers et on n’en trouve pas partout. Cependant, je préfère ne pas en mettre du tout plutôt que de mettre les faux azulejos qu’on voit maintenant un peu partout dans les magasins de bricolage. Eh oui! C’est à la mode! En vinyle, lino, stickers… de nombreux «faux» azulejos envahissent les rayons. Pour moi, ces versions d’azulejos ne racontent aucune histoire et n’ont aucun charme. Je suis peut-être un peu «puriste» à ce niveau-là mais pour moi, rien ne peut remplacer les «vrais». On voit d’ailleurs clairement la différence ci-dessous, il n’y a pas photo! (petite note: hier, alors que cet article était déjà terminé, j’ai été dans un appartement dont le sol de la cuisine était en lino inspiration azulejos et c’était sublime, comme on dit: «il y a que les co** qui ne changent pas d’avis», donc je modère un peu ce coup de gueule en disant que certains «faux» azulejos rendent quand même pas mal du tout)

«Vrais» azulejos vs azulejos en stickers.

En conclusion

Pas de grand suspense! Ma réponse à la question «coup de coeur ou coup de gueule pour la vie au Portugal?»  ne vous surprendra pas. Bien entendu, j’ai un ÉNORME coup de coeur pour le Portugal. Je n’y serai pas depuis 6 ans si ce n’était pas le cas. J’adore ce pays, et d’ailleurs cet article ne comprend qu’un échantillon de tous les coups de coeur que je peux avoir pour le Portugal. Parfois, oui, des choses nous agacent et nous gonflent mais après tout c’est normal. 

Et vous, quels sont vos principaux coups de coeur et coups de gueule en relation à la vie au Portugal? 

Si vous avez aimé cet article, merci de cliquer sur le bouton «J’aime» ci-dessous. Et n’oubliez pas de nous retrouver sur nos réseaux sociaux: notre groupe Facebook «Amoureux du Portugal», notre page Facebook «Vivre au Portugal» et notre Instagram «Vivre au Portugal».



Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.